Le bicross, le basketball et Alexis Ajinca

/ / David Bonnel, MES ACTIONS





alexis ajinca selection 88 a Feurs en 2000Je fis aussi beaucoup de vélo, vraiment beaucoup, je fis partie de la première vague de passionnés du bicross en France dans les années 90, ce petit vélo bizarre venu des USA (tiens un sport U.S comme le basketball), équilibre pendant deux heures sur le guidon, fabrication de bosses artisanales dans des terrains vagues, squatter le terrain du club prés de chez moi etc…. bref l’éclate des sports de glisse avec mes potes sur deux roues quand on est jeune.

Ce fut d’ailleurs drôle que cette passion plusieurs années plus tard me rapprocha avec Alexis Ajinca et sa famille. En effet Alexis pédalait encore entre deux séances d’entrainements de basket en benjamins, et je dois surement être le seul coach de basket à l’avoir vu sur un vélo bicross, déjà bien trop petit pour lui puisque à ses 12 ans en 2000, Alexis faisait déjà 188 cm…

En effet étant proche de sa famille qui était à fond dans le bicross, sa maman m’invita à voir l’INDOOR de St Etienne organisé par le club dont elle était présidente, la grande sœur de Alexis, Elodie était vice championne du monde de bicross et son grand frère (mesurant 2 mètres) était aussi à fond dans le vélo, même si parfois il jouait un peu au basket dans un petit club de St Etienne.

Alexis Ajinca à cette époque était vraiment bon en bicross (champion d’Europe et France) et débutait au basket. Il va sans dire que Eric Macron, conseiller technique départemental de la Loire à l’époque et premier à avoir croisé AAjinca, Pattersonlexis sur le terrain du club de la Baraillere (St Jean Bonnefonds, quartier ou Ajinca vivait) et moi-même nous avons du faire du lobbying pour faire comprendre qu’il se pourrait que la taille de Alexis Ajinca soit un plus indéniable dans sa pratique basket et pas forcement dans le bicross!!! Avons-nous bien fait d’insister? (lol) Je crois que pour tous, c’est-à-dire sa famille et lui-même le choix s’est fait naturellement, Alexis a commencé à jouer avec moi au CASE Basket en benjamin et progressivement il a de moins en moins côtoyé la piste, puis en Minimes France avec 10hrs de basket par semaine il a raccroché…

 

 
J’ai ensuite perdu Alexis Ajinca de vue, tout simplement parce que j’ai eu les « couilles » de démissionner de mon CDI du CASE Basket en 2004 pour incompatibilité d’humeur (lol) avec les objectifs et le non professionnalisme des dirigeants (d’ailleurs le club est descendu très vite puis à sombré depuis !!! il n’y pas de hasard !!!). Je suis devenu agent de joueur FFBB (j’y reviendrai) mais la fédération m’a fait savoir à l’entrée de Alexis au centre fédéral de basketball que je n’étais plus autorisé à lui parler !!!! Ah ces agents tous des gens mauvais apparemment!!! Je l’ai donc vu jouer à St Chamond dans mon fief en NM1 une fois puis nos routes se sont éloignées. Bien sur je lisais la presse spécialisée et je fus vraiment heureux en 2008 lors de la Draft de suivre sa superbe évolution…

La suite dans un prochain article sur Alexis en benjamin.